Atelier 23 Tattoo
Tatoueur en Isère

Notre Studio de tatouage et Piercing est ouvert du lundi au samedi de 8h30-12h et 14h30-19h
(fermé le mercredi et le dimanche)

Accueil

Tatouage

Piercing

Art

Liens

Contact

Atelier 23 Tattoo

Les Bruniaux

38490 Fitilieu

Tél. 04 76 32 15 80

www.atelier23tattoo.com

atelier23@free.fr



Crédits

Hygiène et soins de votre tatouages

Les principes de bases

Le risque majeur à retenir est le principe de la contamination croisée, qui peut provenir d'un client précédent, des surfaces de travail où le matériel utilisé est en contact pendant le tatouage, ou des mains du tatoueur.
Le tatoueur doit donc :
- procéder à un lavage antiseptique de ses mains
- préparer l'asepsie de la peau qui va être tatouée
- nettoyer et désinfecter l'environnement de travail
- stériliser tout le matériel
- utiliser du matériel à usage unique
Les gants à usage unique doivent être changés dès que le tatoueur touche tout objet "non protégé" (ex : le téléphone).

Qu'est ce que la stérilistation

La stérilisation est une opération qui consiste à empêcher la reproduction des micro-organismes présents sur les différents matériels. La stérilité n'est jamais totale, dans la mesure où l'environnement de travail n'est pas stérile…Néanmoins, la stérilisation permet d'obtenir une protection optimale dans le cadre d'une séance de tatouage.
Avant d'être stérilisé, un objet doit être nettoyé, manipulé, conditionné, stocké et utilisé selon un protocole strict. Autrement dit, la présence d'un autoclave (stérilisateur) ne garantit en rien l'hygiène du tatoueur si celui-ci ne l'utilise pas correctement.
En outre, seul un stérilisateur validé, correctement entretenu et faisant l'objet d'une maintenance régulière, permet de garantir une bonne stérilisation.

Premières heures après le tatouage

Après avoir nettoyé la zone tatouée avec une solution antiseptique, le tatoueur applique une crème cicatrisante (type Bépanthène®, Biafine®, Homéoplasmine®, Cicatryl®, etc.) sur laquelle il pose un pansement (le plus souvent compresses ou gaze et sparadrap). Une durée d’utilisation des antiseptiques de 7 jours peut être recommandée.

Certains tatoueurs utilisent aussi un film plastique pour protéger le tatouage .

On recommande de garder ce premier pansement 2 à 6 heures, l’objectif étant que les saignements cessent définitivement. On ôte ce pansement pour en mettre un nouveau pour la nuit, afin de prévenir tout rejet d’encre et de liquides.

Après les premières heures, le pansement, qui peut être un peu “collé”, est retiré délicatement. On peut l’imbiber préalablement d’un peu d’eau tiède.

Le tatouage est alors nettoyé, sans frotter, à l’eau tiède et au savon, de préférence antiseptique, ou avec une solution antiseptique. On utilisera par exemple de la BISEPTINE®, dont la texture est adaptée et qui existe sous forme de spray très pratique à utiliser même dans les zones difficilement accessibles (épaule par exemple).

La crème cicatrisante doit être appliquée sur la peau propre et sèche (pour sécher, tamponner doucement avec un linge propre et doux).Le nouveau pansement peut alors être posé.

Premiers jours après le tatouage

Après la première nuit, on ôte le pansement, qui ne sera généralement pas renouvelé afin de laisser respirer le tatouage. Dans certains cas (travaux salissants, exposition au soleil...), un pansement adapté pourra être posé durant la journée

La crème est ensuite appliquée en couche assez fine : on pensera notamment aux vêtements que l’on préfèrera amples et en coton (bannissez la laine, le Nylon et autre acrylique !). Lorsque c’est possible, on laissera la partie tatouée à l’air libre. Le temps que les croûtes apparaissent puis disparaissent (10 à 15 jours), la crème est appliquée 2 à 4 fois par jour, de façon à ce que le tatouage ne soit jamais “sec”. Toujours avec les mains préalablement lavées.

Hygiène et précautions

Les bains, la piscine, la mer sont à proscrire pendant la durée de la cicatrisation (minimum 15 jours).

Avant une douche, pour éviter de mouiller la partie tatouée, on peut enduire de crème (2/3 millimètres d’épaisseur) la peau et éviter de diriger le jet d’eau dessus. Sur ce point, on pourra suivre l’avis et les conseils du tatoueur.

Inutile cependant de se dispenser de laver le tatouage pendant la cicatrisation : il ne faut pas oublier que l’hygiène de la partie tatouée est également importante pour une bonne cicatrisation. Laisser la “plaie” plusieurs jours sans aucun nettoyage n’est pas la meilleure solution.

On peut sans problème nettoyer rapidement le tatouage avec un savon classique (PH neutre) ou un savon antiseptique, bien sécher (tapoter) avec une serviette parfaitement propre évidemment, et terminer par l’application de la crème conseillée par le tatoueur.

Bannir également le soleil et les UV en institut pendant au moins un mois. Enfin, on évitera autant que possible la poussière et le contact avec les mains, qu’il s’agisse des siennes ou de celles des autres !

Les démangeaisons sont vécues par la plupart des tatoués, elles font partie du processus de cicatrisation. Bien que la tentation soit très grande, il ne faut absolument pas gratter, ni frotter. Les peaux mortes doivent tomber d’elles-mêmes pour éviter toute cicatrice en travers de la pièce tatouée. Pour atténuer les démangeaisons, on pourra essayer de tamponner délicatement la partie tatouée avec un linge humidifié à l’eau froide...

Il est normal d’observer une réaction inflammatoire (rougeur et parfois gonflement) dans les jours qui suivent la réalisation du tatouage. Toutefois ces symptômes doivent disparaître en moins d’une semaine.

Délai moyen de cicatrisation : 2 semaines

La cicatrisation définitive va ensuite être obtenue dans des délais qui varient en fonction notamment :
de la localisation du tatouage, de l’état général et des antécédents médicaux de la personne,
de la qualité du geste du tatoueur.

La persistance au-delà de ce délai d’une semaine ou l’accentuation des symptômes, l’association d’au moins 3 symptômes parmi les suivants marquent la présence d’une infection :
l’érythème (rougeur),
l’oedème (gonflement),
la douleur,
l’augmentation de la chaleur locale,
la fièvre,
un écoulement purulent ou nauséabond.